Passer au contenu principal

Un peu de lumière

Je dédie ce texte à toutes les personnes qui vivent des moments difficiles, qui ont tendance à perdre espoir, qui ont perdu de vue que tout est temporaire.

À toi mon amie que je ne vois pas si souvent.
À toi mon amie qui en arrache.
À toi mon amie qui se trouve laide.
À toi mon amie qui attend l'amour.
À toi mon amie qui voudrait se trouver à cent lieues de chez toi, juste pour faire changement, juste pour te fuir.
À toi mon amie qui sait exactement ce qu'il y a à faire mais qui pense ne plus en avoir la force.
À toi mon amie qui attend, la vie passe, tu sais?

Je t'écris quelques mots pour te dire que tu n'es pas seule. Il y a toute cette lumière partout qui ne demande qu'à être canalisée.  Elle est dans toutes les personnes que tu rencontres et à qui tu ne parles pas vraiment.  Elle est dans toutes ces occasions que tu ne saisies pas parce qu'au fond de toi tu penses que tu ne le mérites pas, que le bonheur infini est pour les autres, que toi, tu as eu ta part et qu'il ne t'en reste plus.
C'est vrai que tu as eu ton lot de difficultés, de laideur, de sécheresse, d'isolement et de désespoir; mais regarde dehors.  Est-ce que le soleil à cessé de se lever parce que ta vie te pèse, mon amie? Non.  Il revient chaque jour, mais c'est à toi de sortir pour prendre ta dose.  Tu vois, le soleil c'est comme le bonheur.  Il n'appartient à personne.  Plus qu'on est de monde à prendre notre dose, lui, ne bronche pas.  Il continue de briller, il se multiplie, il nous inonde de sa lumière.  Sur cette terre, même quand c'est l'hiver, il y a des gens remplis d'amour et de douceur qui sont nos soleils. T'en connais, j'en connais.  Ils donnent légèrement, comme ça, anodinement, sans attendre, sans vouloir, sans penser.  Ils nous enseignent la «meilleureté» qui est à l'opposée de la médiocrité.  On peut alors choisir. On peut s'ouvrir ou faire semblant que tout va bien pour éviter de se comparer. Mais tsé, même les soleils vivent l'éclipse une fois de temps à autre et ont besoin des autres.

Tu es un soleil, toi aussi. Tu l'as été pour moi quand j'en avais besoin. Tu l'as été pour d'autres
mais leurs histoires, ce ne sont pas mes oignons.
Sors de toi, regarde ta vie en face et crie à toute la planète comment elle va changer pour le mieux.  Tu n'y croiras pas au début.  Ça va aller.  À force de te répéter, tu vas commencer à faire entrer la lumière. Une fissure, une craque, une issue. Tu vas voir, il va peut-être y avoir quelqu'un pour te proposer de sauter dans le train en offrant (sans le savoir) une opportunité, le signe que tu attendais. Vas-tu le prendre ou rester à quai en remarquant combien «sont chanceux, hein?» ceux qui sont embarqués en faisant fi de leurs peurs et de leurs appréhensions. Vas-tu vraiment faire comme ça?  Comme si de rien n'était, en laissant les autres te prendre dans leurs bras et t'emmener vers une destination qui ne te dit franchement rien.

J'aimerais tellement te dire ce qu'il en coûte de laisser sa vie passer, combien ça fait mal à voir de l'intérieur et de l'extérieur.  Je pense que tu sais déjà.... Tu sais je t'écris, je m'écris et j'écris à tous ceux qui se reconnaissent.  Rien n'est permanent, on doit se rappeler de rester positif, s'entrainer et s'entraider à le demeurer.  Du monde heureux et bien dans sa peau, ça contamine les autres et ça redonne l'espoir. Comme une bougie qui éclaire toute une pièce.  Des centaines de millier de bougies pour éclairer tout un univers. 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Retour au travail

Eh bien voilà.  De retour au travail après un an en la plus belle compagnie du monde, mon coco. Ce n’est pas une mauvaise chose pour mon cerveau qui devenait peut-être un tout petit peu paresseux malgré lui. Je vis moins bien de laisser mon enfant à la garderie 5 jours sur 7.  Heureusement, mon conjoint ne travaille pas le vendredi la plupart du temps, alors peut-être que Loulou ira seulement 4 jours.  Et puis je peux toujours demander à mamie de le prendre une journée de temps en temps, ce qui réduit le temps passé à la garderie.  Et puis peut-être que je pourrais faire modifier mon horaire pour ne pas travailler les lundis mais travailler les samedis… ouin mais là je n’aurai plus de vie de couple, ni sociale… mais la vie sociale est déjà perdue, right?

La mort, le deuil, la vie.

Ce soir, j'ai participé à un événement pour encourager un organisme qui vient en aide aux jeunes qui vivent le deuil d'un parent.  C'était un souper spaghetti tout ce qu'il y a de commun dans le milieu, mais le sujet m'a touché personnellement puisque j'ai tout récemment perdu une figure de mère. J'ai encore ma mère près de moi, mais en cumulant les deuils d'autres proches, j'apprends que la vie est volage.  Elle se donne et s'arrache aux grés de ses caprices et personne, pas même les meilleurs médecins, n'y peuvent quoi que ce soit.  Elle est libre et détermine arbitrairement le début et la fin, donnant la main à la mort au moment choisi, comme dans une course à relais.

Je ne sais pas ce qui se passe au moment de mourir ou après que notre décès soit constaté.  Je n'ai pas de diplôme en théologie mais je refuse de croire que c'est le noir complet.  Tout ça pour ça, non, sérieusement? Non, merci.
La personne dont je parle en intro a ét…

Le courage du peureux

Je me suis souvent surprise à admirer les autres pour leurs capacités à passer à travers les épreuves avec beaucoup de dignité.  Ils me semblaient solides comme le roc, sans peur.  Je me disais qu'ils étaient beaucoup plus courageux que je ne l'avais jamais été.
Il y a 4 mois et demi, j'ai mis au monde un magnifique petit garçon.  Je me suis concentrée sur ce changement dans ma vie et j'ai fait tout ce qu'il y avait à faire.  Je me suis complètement mise de côté, j'ai donné sans compter, parfois jusqu'à m'épuiser.  Je vous fais une confidence.  Il m'est arrivé de me demander: «Mais à quoi est-ce que j'ai pensé?  Je ne serai jamais capable d'y arriver.  J'ai un bébé «facile» et je rush comme une folle, comment elle font les autres mamans?!» Et puis je me suis roulée en boule et j'ai pleuré jusqu'à ce que mes yeux gonflent et deviennent trop secs pour pleurer encore. Quand j'avais fini, je me relevais et je retournais m'occ…