Passer au contenu principal

Messages

10 choses qui indiquent que tu as eu un bébé dans la dernière année

Tu as recommencé à fréquenter les magasins grandes surfaces... Oui, ben c'est pas joli d'en parler, mais la vérité c'est que ça aide le budget et puis on continue d'aller dans les friperies et d'acheter seconde main; alors c'est pas si pire, non?Tu as recommencé à t'asseoir par terre, ça rajeunit.Curieusement, les cacas et les vomits ne sont pas si pire que ça.Tu as découvert que même en dormant un sommeil fragmenté sur une longue période, on peut quand même accomplir quelque chose; ça s'appelle du somnambulisme.Tu t'habilles en mou dès que l'occasion se présente et puis tu as toujours plus ou moins une tache sur ton linge...Tes vers d'oreille ne sont plus les hits de la radio mais plutôt des chansons du genre :«Lumière verte, lumière verte, tape avec tes doigts sur la lumière verte...» ou encore «T'es mon ami, quand tu souris, t'es mon ami quand tu souris...»Tu fais des «bababa» et des «brous» et des «prous», même en public (hé oui!…

Maximisation du temps: une autre épreuve d'Hercule

Pas plus tard qu'hier, mon amie de toujours me demande à quel âge est rendu mon fils.  Je lui répond qu'il aura 7 mois en juillet.  Surprise, elle compte sur ses doigts pour m'apprendre que mon fils en aura 8.... Où est passé ce foutu 7ième mois?  Le temps avec nos minis passe à une vitesse incroyable. La vie seule passe rapidement mais c'est en accéléré avec des enfants. Voici donc quelques outils de mon kit de trucs de survie commençant pendant la grossesse et se poursuivant après.Accumulez les petits plats congelés ou les conserves. Faites-en autant que vous pouvez, tout le temps.  Vous préparez le souper? Faites trois portions de plus pour être en mesure d'en congeler une partie.  Vous ne savez pas quoi demander à votre shower de bébé, demandez des plats cuisinés, des conserves, des pots pour bébé ou un congélateur!

 Découvrez le végétarisme. Pas pour en faire une religion ou un mode de vie, simplement parce que c'est un bon coup de pouce et que ça permet …

La mort, le deuil, la vie.

Ce soir, j'ai participé à un événement pour encourager un organisme qui vient en aide aux jeunes qui vivent le deuil d'un parent.  C'était un souper spaghetti tout ce qu'il y a de commun dans le milieu, mais le sujet m'a touché personnellement puisque j'ai tout récemment perdu une figure de mère. J'ai encore ma mère près de moi, mais en cumulant les deuils d'autres proches, j'apprends que la vie est volage.  Elle se donne et s'arrache aux grés de ses caprices et personne, pas même les meilleurs médecins, n'y peuvent quoi que ce soit.  Elle est libre et détermine arbitrairement le début et la fin, donnant la main à la mort au moment choisi, comme dans une course à relais.

Je ne sais pas ce qui se passe au moment de mourir ou après que notre décès soit constaté.  Je n'ai pas de diplôme en théologie mais je refuse de croire que c'est le noir complet.  Tout ça pour ça, non, sérieusement? Non, merci.
La personne dont je parle en intro a ét…

Si Hercule avait été une femme

Quelqu'un ne me regarde pas dans les yeux parce que ma poitrine affiche des petits ronds moites, odeur de lait suri au réveil, le timing d'allaiter chaque fois que le café est chaud ou que l’assiette vient d'être posée sur la table... 
Allaiter: Une épreuve des 12 travaux d'Hercule.
Oui, c'est entièrement vrai, c'est commode d'allaiter. Aucune préparation de lait maternisé à concocter, pas d'attente pour le nourrisson entre le moment où il réalise qu'il a faim et le moment d'être nourri. Pas de trop chaud, ni de trop froid.  En plus, bébé reçoit tout ce dont il a besoin en terme de nutriment et de réconfort. On se sent comme Wonderwoman! Que demander de plus?
Si, en apparence, votre douce moitié a l'air de se la couler douce et remet la faute sur l'allaitement pour ne pas performer autant qu'avant, lisez de plus près ce qui suit histoire de remettre votre opinion en perspective.  Ce qu'il faut aussi lire entre les lignes quand un…

Le courage du peureux

Je me suis souvent surprise à admirer les autres pour leurs capacités à passer à travers les épreuves avec beaucoup de dignité.  Ils me semblaient solides comme le roc, sans peur.  Je me disais qu'ils étaient beaucoup plus courageux que je ne l'avais jamais été.
Il y a 4 mois et demi, j'ai mis au monde un magnifique petit garçon.  Je me suis concentrée sur ce changement dans ma vie et j'ai fait tout ce qu'il y avait à faire.  Je me suis complètement mise de côté, j'ai donné sans compter, parfois jusqu'à m'épuiser.  Je vous fais une confidence.  Il m'est arrivé de me demander: «Mais à quoi est-ce que j'ai pensé?  Je ne serai jamais capable d'y arriver.  J'ai un bébé «facile» et je rush comme une folle, comment elle font les autres mamans?!» Et puis je me suis roulée en boule et j'ai pleuré jusqu'à ce que mes yeux gonflent et deviennent trop secs pour pleurer encore. Quand j'avais fini, je me relevais et je retournais m'occ…

Minuit moins une: Je deviendrai maman

À presque 39 semaines de grossesse, la situation est imminente: je vais accoucher prochainement. Il n'y a pas de remise à plus tard possible, plus de surprise, à part le moment de la journée où ça arrivera et le suspense de savoir si on aura le temps de se rendre à la maison des naissances. Vivre en campagne rajoute un peu au suspense en ce sens que la météo a réellement une incidence sur le fait de se rendre.  Je pratique la procrastination pour compléter ma valise, comme si je vivais dans le déni qu'un jour prochain, je connaîtrai à la fois les douleurs les plus intenses et la plus grande joie de ma vie.
Plus ça avance et plus mon corps essaie de convaincre mon cerveau qu'accoucher sera libérateur: je suis à peine capable de me pencher pour enfiler mes souliers, je fais de la rétention d'eau et de la perte de mémoire, tousser ou éternuer sans conséquence demande le bannissement complet de la spontanéité pour ces deux réflexes normaux, le sommeil est sans repos et da…

Célibat, oh célibat.

Pour une amie et toutes celles qui s'y retrouvent... L'article suivant ne contient pas un portrait complet de la situation et repose sur des opinions personnelles.  On peut ne pas être d'accord.

«Il existe une zone de flou artistique entre le célibat dépressif et le mariage ennuyeux : baptisons-la bonheur.» – Frédéric Beigbeder

Confortablement assise au chaud, dans ma robe de chambre qui n'épaterait personne, je pense à une/10/20 amie(s) qui ont dernièrement reçu une dose de calmant faisant peut-être apprécier le célibat au détriment des relations douteuses.  De toute mon empathie, j'écris cet article parce que je ne me résous pas à admettre que le célibat soit rendu d'une complexité inopérable vers un avenir trop souvent sans aucune promesse et plein de déceptions. Ça me questionne de voir que des gens très bien ne parviennent pas à trouver l'amour. Ce n'est pas comme s'il manquait de célibataires au Québec ou comme si toutes les personnes seules le…